Système Educatif en Tunisie

« Lis » étant le premier mot du Coran, il était noramal que tout soit fait pour que l’enfant puisse s’instruire dans ce pays musulman. L’État tunisien garantit le droit à l’éducation à tous les enfants agés de 6 à 16 ans. L’accessibilité à l’enseignement s’est beaucoup accrue depuis l’indépendance (1956), et en 1991 la scolarisation est devenue obligatoire pour tous. Aujourd’hui, plus d’un Tunisien sur quatre fréquente l’école et près de la totalité des enfants sont scolarisés. Pour étudier il faut scolariser, cette priorité mise en place dans le cadre du programme national de l’alphabibétique a porté ses fruits. La réforme a touché l’ensemble des trois cycles d’enseignement (primaire , secondaire et supérieur).

La réforme LMD :

 

Les autorités tunisiennes ont décidé le « passage au système LMD » à partir de septembre 2006 et de manière progressive pour une généralisation à l’horizon de 2012. Cette décision tardive (7 ans après la France, 4 ans après le Maroc) a affiché des objectifs généraux semblables à ceux de la démarche européenne : lisibilité, paliers d’insertion professionnelle, flexibilité, comparabilité internationale, mobilité, « employabilité », passerelles, orientation progressive, qualité pédagogique, professionnalisation, pluridisciplinarité. Cependant la mise en oeuvre ne garantit pas, à ce jour, que tous les objectifs soient atteints.

Ainsi, pour la première phase de la réforme qui vise à transformer le niveau L en créant, notamment, des Licences Appliquées (le qualificatif « professionnelle » souhaité par les professionnels n’a pas été retenu) en nombre suffisant pour accueillir, à terme, 2/3 du flux d’étudiants, la volonté de professionnalisation est annoncée mais les éléments pour en assurer la qualité ne sont pas encore globalement présents : approche métiers et compétences, construction réelle et dynamique entre professionnels et universitaires, qualité des stages et projets, pilotage par l’insertion professionelle.


Description du système scolaire :


1. L’enseignement de base :

L’enseignement de base dure neuf ans. Il est obligatoire et gratuit de 6 à16 ans. La durée de cet enseignement est répartie sur deux cycles complémentaires :

Le premier cycle, d’une durée de six ans, a pour objectif de faire acquérir à l’élève les instruments de la connaissance, les mécanismes fondamentaux de l’expression, de la lecture et du calcul . Il contribue au développement , de son intelligence, de son sens artistique et de ses potentialités corporelles et manuelles, ainsi qu’à son éducation religieuse et civique. Cet enseignement est dispensé à l’école primaire.

Le deuxième cycle, d’une durée de trois ans, a pour objectif de consolider la formation générale de l’élève, de renforcer ses capacités intellectuelles et de développer ses aptitudes pratiques. Ce type d’enseignement se déroule à l’école  préparatoire.

Durant ces deux cycles d’enseignement, toutes les matières concernant les humanités, les sciences et les techniques sont enseignées en arabe.

L’enseignement de base est sanctionné par le «Diplôme de Fin d’Etudes de l’Enseignement de Base» permettant aux diplômés d’accéder à l’enseignement secondaire.

a- Le premier cycle de l’enseignement de base :

Le premier cycle de l’enseignement de base dispense un enseignement général qui tient compte des différents aspects de la personnalité de l’enfant. Sa mission est tout d’abord éducative.Il vise à établir un lien entre la réflexion et l’action qui constituent deux dimensions fondamentales de l’activité humaine. Ce cycle d’enseignement s’emploie à doter l’enfant des connaissances de base, à développer ses aptitudes, à former son esprit tout en lui donnant une éducation conforme à la culture nationale et en lui assurant une initiation manuelle et technique.

b- Le 2ème cycle de l’enseignement de base :

Ce cycle d’enseignement, d’une durée de trois ans, a pour objectif de consolider la formation reçue par l’élève au premier cycle et de lui procurer, à travers les différentes matières enseignées, une formation générale qui renforce ses capacités intellectuelles et développe ses aptitudes pratiques afin de lui permettre de poursuivre sa scolarité, de rejoindre une structure de formation ou de s’intégrer directement dans la vie professionnelle en tant que citoyen responsable.


2. L’enseignement secondaire :

La réforme du programme de l’enseignement secondaire continue son parcours vers une meilleure orientation et plus de spécialisation. Cette nouvelle structuration  constitue une mise à niveau dont le but est de transformer le système éducatif secondaire suivant les nouvelles exigences du marché de l’emploi.

Dès le lycée, le jeune a la possibilité de tâter son avenir à travers les opportunités mises à sa disposition et selon son potentiel et ses penchants. L’orientation scolaire n’est plus brutale comme elle avait tendance à l’être il y a quelques décennies. Le nouveau système éducatif est fondé sur le principe de la progression méthodique en vue d’une acquisition des connaissances bien ancrée et une spécialisation étudiée.
Tout commence depuis la première année de l’enseignement secondaire. Le contenu du programme ainsi que sa grille horaire ont été révisés.
Bien que la première année ait conservé son statut de branche commune, elle prépare déjà les élèves à opter pour une préorientation. Il s’agit bien d’un premier choix que les élèves doivent effectuer selon leurs potentiels et les matières qu’ils maîtrisent le plus.

Les six sections :

-La filière sciences débouche sur trois sections scientifiques( mathématiques, sciences expérimentales et sciences techniques)

- Les techniques de l’informatique font l’objet d’un approfondissement et deviennent les sciences de l’informatique.

- La filière économie et services donne la section économie-gestion

- la filière lettres préserve son autonomie

Ce nouveau système promet aux jeunes générations une formation plus en accord avec les exigences de la société future. Les spécialités pour lesquelles optent les lycéens se précisent graduellement, faisant des plus brillants d’entre eux de futures compétences dans leurs domaines.


3. L’enseignement supérieur :

L’enseignement supérieur est dispensé aux sein des Universités, des Instituts Supérieurs des Etudes Technologiques (ISET) et des Instituts Supérieurs de Formation des Maîtres (ISFM).

Les Universités sont au nombre de sept regroupant 90 établissements d’enseignement supérieur. Les formations y sont généralement organisées en trois cycles : un premier cycle de formation fondamentale et/ou préparatoire couvrant les deux premières années d’études ; un deuxième cycle de spécialisation de deux à trois années d’études ; un troisième cycle destiné soit à l’approfondissement de la spécialité, soit aux études doctorales et à la recherche.

Les ISET, au nombre de 11 actuellement, délivrent des formations professionnalisées s’étalant sur 5 semestres d’études comprenant des stages en entreprise.

Les six ISFM dispensent une formation académique et pédagogique préparant au métier d’enseignant du premier cycle de l’école de base. La durée de la formation est de deux années.

LIEN :http://editions.campusfrance.org/pays/2007/tunisie/curie_tunisie_07.pdf


Connaître Etudier ,

Related Listing

Place Your Review

Rate this place by clicking a star below :

Send To Friend

Captcha Verification
captcha image

Send Inquiry

Captcha Verification
captcha image

Actualités

Archéologie